Ni magie, ni gadget, l’hypnose est un véritable outil thérapeutique. Arrêter de fumer, diminuer la douleur, éviter une anesthésie générale, de plus en plus de professionnels de santé l’utilisent. En ville comme à l’hôpital.

Officiellement enseignée à la faculté de médecine depuis 2001, reconnue comme une technique médicale par l’Ordre des médecins depuis 2005, l’hypnose médicale fait de plus en plus d’adeptes. À mi-chemin entre le sommeil et l’éveil, elle permet d’accéder à son inconscient et de le reconditionner. Ou plutôt de l’enrichir. On y arrive en fixant un objet, en évoquant un souvenir agréable ou par le biais d’une simple conversation. « L’hypnose peut être d’une grande aide pour les soignants, dans certains actes opératoires, dans des situations aiguës mais aussi dans les troubles chroniques et dans la relation au patient », explique le Dr Patrick Bellet (1), président fondateur de la Confédération francophone d’hypnose et de thérapies brèves (www.cfhtb.org) et organisateur du 20e congrès mondial de l’hypnose. Évidemment, l’hypnose ne se substitue pas aux traitements médicaux. Il s’agit plutôt d’une approche complémentaire globale qui en renforce les effets ou aide à mieux les tolérer. Et la bonne nouvelle, c’est que tout le monde peut entrer dans un état hypnotique (à condition évidemment de le vouloir) et que cet état ne présente aucun risque.

 

Diminuer la douleur

C’est l’une de ses grandes indications : l’hypnose permet d’abaisser le seuil de la douleur et de diminuer les doses de médicaments prescrits.

 

Comment ça marche ?

Sa pratique module certaines zones spécifiques du cerveau (ce qui a été objectivé par l’imagerie cérébrale). Elle permet ainsi, en travaillant sur l’imaginaire via des jeux mentaux (déplacement de la douleur vers une autre partie du corps, dépôt d’un anesthésique virtuel, etc.), de réduire les connexions des nerfs périphériques responsables de la perception de la douleur.
Pour qui ? L’hypnose a démontré son efficacité dans les douleurs aiguës ou chroniques, notamment celles qui sont provoquées par les soins (en particulier chez les grands brûlés), l’accouchement ou les cancers. Elle donne également de bons résultats dans les douleurs qui résistent aux traitements classiques (migraine, mal de dos, douleurs neurologiques, rhumatismales, abdominales, etc.).

 

Arrêter de fumer

Cette thérapie est particulièrement adaptée aux troubles du comportement en général et aux addictions en particulier : tabac, cannabis, alcool, mais aussi gras, sucre, café, jeux, ordinateur…

 

Comment ça marche ? 

L’arrêt du tabac par hypnose vise à réduire la dépendance psychologique par des suggestions fortes : le dégoût du tabac avec l’association tabac-nausée par exemple, ou encore le plaisir de respirer, le désir d’être à nouveau libre. Une seule séance peut suffire.

Pour qui ? « L’hypnothérapie s’adresse à tous les fumeurs, peu ou très fortement dépendants, quelle que soit l’ancienneté de leur tabagisme », assure le Dr Jean-Marc Benhaïem (2), spécialiste de l’hypnose, président de l’Association française pour l’étude de l’hypnose médicale (www.hypnose-medicale.com). Une condition : avoir pris la décision d’arrêter de fumer et être motivé.

 

Etre moins angoissé

L’hypnose peut être d’un grand secours contre le stress et tous les symptômes qui vont avec, des troubles du sommeil aux attaques de panique, en passant par les maux de tête, de dos, de ventre.

 

Comment ça marche ? 

Après une séance de 15 minutes, les hormones de stress comme l’adrénaline baissent de moitié. D’abord parce que l’hypnose a un effet relaxant. Ensuite parce qu’elle permet de restructurer ses pensées et de mieux contrôler ses pensées stressantes en fixant son attention sur une sensation, une image ou un lieu précis.
Pour qui ? « Le panel d’indications est très varié », indique le Dr Patrick Bellet. Stress, nervosité, angoisse, anxiété, mais aussi phobies, dépression, troubles obsessionnels compulsifs. « L’hypnose est également une bonne indication pour traiter les névroses post-traumatiques », ajoute le médecin.

Source Le Mag