SOINS ET SÉANCES

Stress, burn-out, insomnie

Les liens entre ces trois pathologies

Une équipe de chercheurs s’est penchée sur le lien potentiel entre le stress au travail, le Burn-out et le risque d’insomnies.

L’étude s’est déroulée sur deux années, de 2012 à 2014. L’analyse s’est basée sur un questionnaire permettant à la fois la mesure du Burn-out, du niveau d’exigences et de stress dans l’activité de travail, des symptômes dépressifs et anxieux ainsi que des perturbations du sommeil.

Un examen médical (visite annuelle avec la médecine du travail) était également réalisé. Ainsi, près de 1 502 individus ont été inclus dans cette étude. La prévalence du Burn-out mesurée était de 10,2 % et l’insomnie est apparue comme étant l’un des signes les plus pertinents d’un état de stress chronique.

Les scientifiques précisent que les individus déclarant un Burn-out ont davantage de risque de développer certains troubles mentaux comme les hallucinations, les troubles de la personnalité et du comportement. Le burn-out s’apparente à la fragilisation de
l’organisme et du psychisme suite à un stress (une agression extérieure) répété.
Il survient essentiellement dans le cadre professionnel.

Les données obtenues concernant la qualité du sommeil des personnes touchées par un Burn-out montrent un état d’excitation supérieur à la normale durant leur sommeil.
Une fragmentation plus importante dans la durée du sommeil nocturne, des temps d’éveil plus fréquents, une efficacité du sommeil amoindrie ainsi que des mouvements oculaires plus rapides sont également observés.

 

Le stress dépend de l’état émotionnel et physique dans lequel nous nous trouvons au moment où la situation de stress se
présente
,
 qu’elle soit d’origine externe ou
interne. Notre réaction est différente selon notre capacité du moment « à encaisser » ce qui est, ou ce qui nous surprend sans annonce préalable, comme l’accident, ou ce qui survient dans une prévision, comme un déménagement, un                                                                                              licenciement, le départ d’un enfant, une                                                                                                 séparation.

Il faut dire que le stress fait partie de la vie et que le manque de stimulation, aussi étonnant que cela puisse paraître, est aussi une source de stress négatif : qu’il s’agisse de solitude, de repli sur soi, d’un manque de motivation ou d’envie ou de projet.

Le « bon » stress est le résultat de notre réaction en rapport avec la situation à affronter. Le stress « positif » est celui qui nous stimule à agir et à continuer.

Le « mauvais » stress correspond à un contrôle insuffisant de la situation. Le stress « négatif » est celui qui finit par nous épuiser, voire nous détruire.

Les conséquences du stress pour la personne


 Le stress se manifeste sur plusieurs plans :

  • Sur le plan physique avec la fatigue qui est le symptôme le plus fréquent, les douleurs musculaires, et digestif
  • Sur le plan psychologique et comportemental, la personne devient de plus en plus irritable. Elle ne supporte plus ou mal les contrariétés, les contretemps et autres imprévus.
    Elle peut se refermer sur elle-même et connaître des difficultés de concentration et des troubles de la mémoire ; son sommeil est perturbé ce qui diminue la récupération et accentue la fatigue.

Cependant, le stress ne semble pas avoir les mêmes incidences pour tout le monde. On pourrait distinguer trois grands profils de personnes stressées :

  • Celles qui savent simplement, de façon innée ou acquise, gérer ce phénomène naturel. Ce sont les « chanceux » qui arrivent à prendre du recul et à avoir la réaction adaptée dans le délai.
  • Celles qui transforment leur stress en agressivité.
  • Celles qui n’expriment pas leur stress et le subissent en silence.

Elles gardent tout pour elles et en sont les victimes. Le stress peut alors favoriser l’émergence de nombreuses pathologies physiques et psychiques, comme la fatigue, la colère, la migraine, l’acidité gastrique, l’hypertension artérielle, des dérèglements de certaines glandes hormonales.

Pourquoi l’hypnose est-elle efficace ? 

La gestion du stress est l’une des applications les plus demandées, avec l’antitabac et l’amaigrissement.

On le sait, le stress peut engendrer de l’anxiété, des insomnies, et parfois des états dépressifs accompagnés de troubles somatiques.

L’hypnose est beaucoup plus efficace que d’autres techniques « ( comme la “relaxation simple”), d’abord parce que son effet relaxant, renforcé par la voix et la présence rassurante de l’hypno thérapeute, diminue très rapidement l’impact des agents stressants, quelle qu’en soit l’origine. Ensuite parce qu’elle permet au patient en état hypnotique de lever lui-même ses inhibitions.

Par exemple, une jeune femme était tétanisée à l’approche d’un entretien d’embauche important et n’en dormait plus, alors qu’elle savait avoir toutes les chances d’obtenir le poste. En hypnose, elle a “revécu” un précédent entretien où elle avait triché sur son CV et avait été découverte… Nous avons alors ensemble évalué sa peur, et trouvé son seuil adéquat de stimulation/excitation de “bon stress” afin qu’elle puisse considérer cet entretien comme un rite de passage, et non comme un jugement final.

Le Burn-out est un syndrome d’épuisement.
Le burn-out peut se définir comme une situation de mal être physique et mental lié au quotidien professionnel. Il ne doit pas être confondu avec la dépression ou le surmenage.
Le terme burn out provient de l’anglais, le syndrome est majoritairement lié au monde du travail. Le burn out se caractérise par plusieurs symptômes :

  • Troubles du sommeil: Insomnies fréquentes, addiction aux somnifères…
  • Difficultés à se concentrer
  • Problèmes digestifs: Le burn out a bien souvent des conséquences sur le nerf vagal ce qui peut entraîner constipations, diarrhées, mauvaise haleine fréquente…
  • Douleurs musculaires: Les douleurs aux cervicales, les troubles musculo squelettiques (TMS)
  • Problèmes de peau: Infections cutanées, mycoses et eczéma sont des symptômes à prendre en compte.
  • Variation de poids: Les personnes touchées par le syndrome mangent beaucoup plus. Mais certaines peuvent également être touchées par la perte d’appétit. Dans tous les cas, la variation de poids est un bien mauvais signal.
  • Problèmes cardiaques: Pouls élevé et hypertension artérielle sont des éléments qui peuvent mettre la puce à l’oreille.
  • Addiction: Comme toute situation de mal-être, le burn out est une situation propice à la dépendance (cigarette, alcool, nourriture, sport…).
  • Détérioration du rapport aux autres: Celui-ci se manifeste par une capacité à s’énerver rapidement, à faire preuve de cynisme et de pessimisme. Inversement une personne en situation professionnelle peut ressentir un sentiment d’impuissance, d’abattement et d’apathie.
  • Situation de déni: La personne touchée peut se sentir coupable ce qui peut entraîner un déni sur sa situation.

Si plusieurs de ces signes se manifestent simultanément, il est peut-être temps de s’alarmer.

Traitement du burn out

Le burn out est un syndrome qui a des conséquences mentales et physiques.

Un médecin peut vous prescrire des médicaments pour vous aider à dormir ou décontracter vos muscles.
Mais il est bien souvent indispensable de se faire aider par un psychiatre, un psychologue, un hypnptherapeute ou un sophrologue pour gérer le volet mental du syndrome.
A vous de choisir la therapie qui vous convient, avec médicaments ou par thérapie brèves comme l’hypnose.

Pourquoi devient-on insomniaque ?

On parle d’insomnie dans 3 circonstances :

  • soit lorsque l’on a du mal à s’endormir à l’heure du coucher (insomnie initiale),
  • soit lorsque l’on fait des réveils nocturnes fréquents ou prolongés,
  • soit enfin quand on se réveille prématurément le matin avec une incapacité à retrouver le sommeil.

Les premières causes d’insomnie sont le stress et l’anxiété qui sont responsables de plus de la moitié des insomnies. 

L’insomnie peut avoir des causes organiques
mais c’est le plus souvent des facteurs
psychologiques.
Une fois les causes physiologiques éliminées, une fois l’abus de stimulants écarté (comme le café), il convient de rechercher le facteur de stress qui en est responsable.

Menez votre enquête pour découvrir ce qui vous perturbe. Aidez-vous des pensées et des images qui meublent vos insomnies, et utilisez-les comme des messages codés de votre inconscient.

A quel moment de la journée pensez-vous ? Quelle scène de film ? Quelle chanson ? Qu’avez-vous ressenti ? Est-ce que cela vous fait penser à d’autres situations passées ? Vous dormez mieux quand vous n’avez pas cours le lendemain, peut-être votre angoisse est-elle liée à votre métier ? 

Dans certains cas, la personne souffre tellement de ne pas dormir qu’elle finit par avoir peur de se coucher et de ne pas réussir à s’endormir. Il s’agit d’un conditionnement négatif qui se crée entre le fait d’aller se coucher et l’angoisse de ne pas arriver à dormir.

Les conséquences et symptômes de l’insomnie

L’insomnie aigüe peut causer une détresse psychologique et émotionnelle, mais généralement, elle se traduit surtout par des problèmes de concentration et de mémoire, avec la nécessité d’un plus grand effort de volonté pour accomplir ce qui est habituellement une tâche simple.

Le manque répété de sommeil peut avoir des conséquences néfastes à court terme et à long terme.
Certaines conséquences de l’insomnie sont immédiates : fatigue, somnolence, irritabilité, pertes de mémoire et difficulté à se concentrer durant le jour.

Les difficultés de concentration, des troubles de la mémoire et un déficit de l’attention peuvent conduire à une baisse des performances scolaires ou professionnelles.

L’insomnie perturbe le contrôle de la satiété et augmente l’attirance pour les aliments gras et sucrés: il existe ainsi un risque d’obésité et de diabète. Le manque de sommeil a été également associé à un risque accru d’hypertension artérielle.

Tout le monde peut être concerné par l’insomnie, mais elle progresse avec l’âge et semble plus fréquente chez les femmes, en particulier au moment de la ménopause vers 50 ans.

Dans ce cas, l’insomnie peut être en rapport avec les changements hormonaux liés à la ménopause.

Certaines conditions de vie rendent l’insomnie plus fréquente. C’est le cas chez les personnes travaillant de nuit ou en environnement stressant et chez les personnes qui sont en environnement bruyant, comme les parents des jeunes enfants.

 
Tarif de la consultation : 130 CHF / Heure hypnose 
                                                80 CHF / 45 minutes 


LES SOLUTIONS

Thérapies de relaxation

Dans l’insomnie psycho-physiologique chronique, on note beaucoup d’anxiété et de
préoccupation en rapport avec le sommeil.
Les thérapies de relaxation se révèlent très utiles dans le traitement à long terme de cette
forme d’insomnie.
La relaxation avec la sophrologie et l’hypnose est préconisée.